Economie
  • Print Friendly


Le projet Google – un nouveau cas-test pour la politique environnementale et économique du Luxembourg

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Le mercredi 4 mai, le Ministre de l’Economie a répondu à la Chambre des députés à une question parlementaire sur le projet d’implantation de Google au Luxembourg. Il a été évoqué que Google reconsidérerait stratégiquement son projet au Luxembourg, notamment suite aux démarches juridiques du Mouvement Ecologique.

 

Le Mouvement Ecologique tient à préciser ce qui suit à ce sujet :

Après le jugement du tribunal administratif : Une amélioration des dispositions légales s’impose dans le sens de la protection de l’environnement et du climat.

Si le tribunal administratif n’a pas donné suite à l’argumentation du Mouvement Ecologique, cela est également dû aux dispositions légales actuelles : Le Mouvement Ecologique s’est vu refuser le droit de recours dans un dossier aussi important pour l’environnement, ce qui est extrêmement problématique en ces temps de crises du climat et de la biodiversité. De facto, le jugement du tribunal administratif montre que la valeur de l’  » analyse environnementale stratégique  » (SUP) est très limitée d’un point de vue juridique dans le cadre de la procédure du PAG en ce qui concerne les aspects écologiques importants (p. ex. l’approvisionnement en eau). Un fait qu’il convient de remettre en question de manière critique.

En fin de compte, le tribunal administratif n’a pas pris de décision sur le fond, mais a interprété le droit en vigueur, qui n’est probablement plus adapté en tous points à notre époque.

 

L’approvisionnement en eau et en énergie du projet n’est toujours pas déterminé : il ne serait pas responsable de maintenir le projet.

Le Mouvement Ecologique continuera à s’opposer catégoriquement à l’implantation d’une entreprise dont la consommation d’eau pourrait représenter 5 à 10% de la consommation nationale totale. Google n’a toujours pas fourni de chiffres officiels à ce sujet, mais ces données ont toujours été évoquées, même dans les milieux officiels. Les réserves d’eau souterraines du Luxembourg sont loin d’être suffisamment remplies et les dernières semaines ont à nouveau été très pauvres en pluie. Il ne fait aucun doute, et cela a été souligné à plusieurs reprises par le Ministère de l’Environnement, que le Luxembourg aura des problèmes d’approvisionnement en eau potable dans quelques années. La crise climatique ne fera qu’aggraver cette situation. Au vu de ces faits, il serait tout à fait irresponsable d’accorder à une entreprise une consommation d’eau aussi élevée. Comment l’approvisionnement en eau potable de la population pourrait-il être assuré pendant les mois d’été ? Il faut noter que Google aura également besoin d’une autorisation au niveau de la gestion de l’eau. Le cas échéant, le Mouvement Ecologique se réserve le droit d’entreprendre d’autres démarches juridiques.

Mais l’approvisionnement en énergie reste également un sujet de réflexion. La guerre en Ukraine a montré de manière encore plus dramatique à quel point l’approvisionnement en énergie peut être fragile. Et c’est justement dans le domaine de l’électricité que les besoins vont considérablement augmenter au Luxembourg dans le cadre de la transition énergétique et de son électrification dans différents secteurs (comme la mobilité)… Dans ce domaine également, Google ne divulgue pas de données. Pour rappel, l’ancien ministre de l’économie E. Schneider avait indiqué que Google venait justement au Luxembourg en raison des prix bas de l’énergie…

Enfin, et ce n’est pas le moins important, la population est beaucoup plus sensible à la question de l’imposition des entreprises, comme celle de Google. Les discussions à ce sujet se multiplient également dans le monde entier. Le gouvernement se félicite certes de l’importance de Google pour notre pays, mais sans vraiment en apporter la preuve. Mais la question de savoir combien d’impôts Google paiera et quels emplois seront réellement créés est restée sans réponse.

 

En attendant Godot : les critères d’implantation de nouvelles entreprises ne sont toujours pas disponibles.

Plusieurs acteurs placent Google dans la même catégorie que FAGE et Knauf. Le Mouvement Ecologique rappelle qu’il demande depuis des années, voire des décennies, la définition de critères (également juridiquement contraignants) lors de la décision d’implanter de nouvelles entreprises au Luxembourg. Ce gouvernement a promis et annoncé à plusieurs reprises l’adoption rapide d’un tel catalogue de critères / contrôle de durabilité pour les entreprises. Où est-il passé ? Car un tel contrôle constituerait effectivement une base transparente et compréhensible pour de tels processus. Le Mouvement Ecologique reste convaincu que face à la crise du climat et de la biodiversité, une politique ciblée d’implantation d’entreprises au Luxembourg est nécessaire. « Oui » à l’implantation de nouvelles entreprises, mais des entreprises qui répondent aux dispositions environnementales, climatiques et sociales établies et qui représentent une réelle valeur ajoutée à cet égard.

 

Dans ce contexte, il convient de mentionner que le contrôle de durabilité promis pour toutes les décisions gouvernementales n’est toujours pas disponible.

 

Conclusion : la problématique de l’approvisionnement en eau qui s’annonce, mais aussi la crise énergétique aggravée par la guerre en Ukraine, illustrent de manière dramatique l’importance de mettre en place une politique ciblée pour l’implantation de nouvelles entreprises au Luxembourg et d’établir un contrôle de durabilité juridiquement contraignant. Le Mouvement Ecologique restera actif dans ce dossier.

 

 

05.05.22
Mouvement Ecologique asbl.