Développement durable
  • Print Friendly


Eng Fro? Eng Äntwert! Les batteries de voiture sont-elles recyclées ?

Comme toutes les ressources sur notre Terre, les matériaux de base d’une batterie de voiture ne se trouvent qu’en quantité limitée sur la planète et sont partiellement extraits dans des conditions sociales inacceptables. Les métaux précieux que sont le lithium, le cobalt et le nickel en particulier, tout comme le pétrole brut, ne se trouvent que dans certaines régions à l’intérieur de la terre. Il est donc important de gérer ces ressources avec sagesse et de maintenir le flux de matériaux pour les métaux précieux susmentionnés aussi fermé que possible. Cela signifie qu’il faut utiliser principalement des matériaux recyclés. Une étude sur l’approvisionnement en matières premières pour les véhicules électriques réalisée par Agora a conclu que le cobalt secondaire issu du recyclage peut satisfaire jusqu’à 10 % de la demande de l’UE en 2030 ; le lithium secondaire 10 % de la demande en 2030 ; et le nickel secondaire peut satisfaire 7 % supplémentaires de la demande en 2030. Cependant, les capacités de recyclage actuelles en Europe ne sont pas suffisantes. La prochaine directive européenne sur les piles devrait permettre de l’augmenter rapidement et de veiller à ce que tous les matériaux des piles soient entièrement récupérés à la fin de leur vie.

16 usines de batteries sont actuellement prévues en Europe : NorthVolt Gigafactory en Suède et en Allemagne, l’usine de batteries CATL en Allemagne, LG Chem en Pologne et Samsung SKI en Hongrie et en Autriche. La réutilisation des batteries en fin de vie est envisagée dans les usines susmentionnées.

Au Luxembourg, l’association sans but lucratif Ecobatterien est responsable de l’élimination des piles sur la base de la loi modifiée du 19 décembre 2008. Cela s’applique également aux batteries industrielles, y compris les batteries de voiture. Grâce à des contrats avec les constructeurs et les importateurs de voitures, la collecte des batteries usagées des voitures électriques leur est confiée. Ce sont donc les différentes marques de voitures qui s’occupent de l’élimination des batteries des voitures électriques au Luxembourg. Il n’existe actuellement aucun aperçu de ce qu’il advient des piles collectées au Luxembourg. Chaque marque de voiture a ses propres contrats avec les acheteurs. Les chiffres indiquant le pourcentage de piles recyclées ne sont pas disponibles actuellement.

En 2019, la Commission européenne a publié un rapport sur la mise en œuvre du plan d’action stratégique pour les batteries, qui décrit le développement d’une chaîne de valeur stratégique pour les batteries en Europe. Le rapport parle de la transparence des données, qui permet de retracer le cheminement d’une pile usagée. Avec la prochaine révision de la directive européenne sur les piles, la situation des données deviendra également plus claire pour le Luxembourg, de sorte que des déclarations fiables sur la réutilisation des batteries de voiture seront possibles à l’avenir.

Même si le recyclage des batteries de voiture est de plus en plus utilisé, une grande partie des métaux précieux, comme le lithium ou le nickel, sera encore exploitée à l’avenir. Il est nécessaire d’introduire une loi sur la responsabilité de la chaîne d’approvisionnement au sens des principes directeurs des Nations unies sur les entreprises et les droits de l’homme et de rendre la politique commerciale de l’UE dans son ensemble socialement et écologiquement responsable.

L’exploitation du nickel, du lithium et du cobalt peut être citée comme exemple négatif. L’extraction du nickel produit un drainage minier acide et des pluies acides. L’extraction du lithium des lacs salés consomme beaucoup d’eau, ce qui pourrait faire baisser le niveau des eaux souterraines. La production de cobalt, en revanche, dont 60 % a lieu en République démocratique du Congo, entraîne parfois le déplacement de la population locale et des conflits entre l’exploitation minière industrielle et artisanale.

Il est nécessaire d’agir au-delà de l’Union européenne afin d’extraire à l’avenir ces métaux précieux selon des critères écologiques et sociaux élevés. Et ce, non seulement en termes d’utilisation des batteries au lithium dans les voitures électriques, mais aussi dans leur utilisation globale dans des millions de smartphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques.

Plus d’infos sur :

 

date de publication: 03.02.2021
Retour