Protection de la nature Agriculture et Sylviculture
  • Print Friendly


Conférence en ligne avec l’auteur de „Der Kies muss weg!“ (Le gravier doit disparaître)

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Le mercredi 10 février à 18h30, le Mouvement Ecologique avait invité à une conférence en ligne avec l’auteur du livre „Der Kies muss weg!“(Le gravier doit disparaître), Tjards Wendebourg.
La conférence s’inscrit dans le cadre de l’action « Nee zum Schottergaart ! Lieweg Vilfalt amplaz gro Wüst ! », qui a été lancé par le Mouvement écologique au début de 2020 et vise à sensibiliser les acteurs responsables ainsi que les citoyens et les propriétaires de jardins (de devant) aux impacts négatifs des jardins de gravier sur le microclimat, la biodiversité, la gestion des eaux de pluie et la qualité de vie dans nos villes et villages, ainsi qu’aux alternatives.

Dans sa présentation, Tjards Wendebourg a clairement fait la différence entre un « vrai » jardin respectueux de la nature avec une surface en gravier et un jardin dit de gravier. Alors qu’un gravier correctement appliqué peut favoriser une végétation spéciale, maigre et très riche en espèces, le but du jardin de gravier, qui est généralement encore recouvert d’une « feuille de mauvaises herbes », est d’empêcher toute émergence de végétation. Tjards Wendebourg explique dans l’enregistrement vidéo de la conférence pourquoi cette deuxième variante est non seulement mauvaise pour l’environnement, mais ne peut pas non plus répondre aux exigences du propriétaire :

De manière très claire, l’orateur a expliqué les différents inconvénients des jardins de gravier : du réchauffement de l’environnement, de l' »effet d’étanchéité » et des effets sociaux négatifs (le jardin de gravier ferme la maison), de l’impact sur la qualité de la vision (les jardins de gravier éblouissent) aux effets négatifs connus sur la biodiversité. Il a également abordé les raisons pour lesquelles ces déserts étaient populaires dans le passé, comme le fait que les individus ne sont plus conscients des effets, car les connaissances sur les interrelations naturelles se perdent ; la pensée : « Après tout, je ne suis qu’un parmi d’autres, mon comportement n’est pas si important ».

Cependant, Tjards Wendebourg a également expliqué de manière particulièrement mémorable pourquoi les investisseurs dans les jardins de gravier se trompent s’ils croient que les jardins de gravier leur faciliteront la vie. C’est probablement plutôt le contraire : les « mauvaises herbes » poussent quand même, les pierres « moussent » etc. et enlever les mauvaises herbes dans les jardins de gravier « n’est pas amusant ».

Outre l’information et le soutien des citoyens, la responsabilité des municipalités de donner le bon exemple sur le domaine public, Tjards Wendebourg, ainsi que le Mouvement écologique, sont également clairement en faveur d’une réglementation des jardins de gravier. Il s’agit avant tout d’envoyer un signal clair que ce type d’utilisation des terres n’est pas souhaité par la société : « En fin de compte, il s’agit de relever le seuil d’inhibition et de dire aux gens que c’est interdit. Après cela, le processus de réflexion commence », dit Tjards Wendebourg. La présidente du Mouvement Ecologique, Blanche Weber, a ajouté que « c’est le rôle de la politique de fixer un cadre. Que tout le monde ne devrait pas toujours se poser la question, devrais-je, ne devrais-je pas, est-ce que c’est bien, n’est-ce pas bien… ! Après tout, on ne peut plus traiter toutes les informations que l’on reçoit. Il devrait simplement être clairement réglementé ». Bien sûr, il ne s’agirait pas d’abattre les jardins de gravier existants, mais d’empêcher la création de nouveaux jardins de gravier.

Tandis que Tjards Wendebourg présentait une variété d’alternatives respectueuses de la biodiversité à la conception des jardins de devant et des « bandes vertes », Blanche Weber a évoqué les différentes options réglementaires dont disposent déjà les municipalités luxembourgeoises pour contrer la propagation des jardins de gravier.

La discussion avec les participants a fait apparaître clairement que la municipalité doit donner le bon exemple, communiquer avec ses citoyens (par exemple, la création de zones naturelles dans l’espace public doit être annoncée ou expliquée directement sur la zone) et les soutenir autant que possible, les syndicats de protection de la nature et les parcs naturels pouvant jouer un rôle important à cet égard.

L’ambiance était extrêmement positive à la fin de l’événement : il semble que – grâce à la sensibilisation – il y ait une chance de repenser après tout, selon l’orateur également. Plus les gens prennent conscience de l’impact des jardins, plus les jardins naturels peuvent inspirer.

Plus de 110 représentants* des municipalités, des syndicats de conservation, des commissions consultatives, des entreprises horticoles et des citoyens intéressés* ont participé à la conférence.

Plus d’informations sur le sujet des jardins de gravier, sur notre campagne « Nee zum Schottergaart ! Lieweg Vilfalt amplaz gro Wüst » ainsi que notre matériel d’information sur le sujet peuvent être trouvés ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

date de publication: 11.02.2021
Retour