fr | de | EN

Print Friendly

Le hérisson à titre privé – un portrait

 

Où vit le « Kéisécker » ?

Il existe 2 espèces de hérissons en Europe. Au Luxembourg, nous ne retrouvons que l‘espèce du Hérisson commun (ou ordinaire), aussi appelé Hérisson d’Europe occidentale (Erinaceus europaeus L.). Le Hérisson des Balkans ou Hérisson de Roumanie (Erinaceus roumanicus) n’existe qu’en Europe centrale.

L’espèce indigène au manteau de piquants est un animal solitaire qui a une prédilection pour les jardins écologiques, les vergers, les parcs ou encore les haies et les lisières de forêts.

 

Comment vit le « Kéisecker » et de quoi se nourrit-il ?

Un hérisson pouvant s’épanouir en pleine liberté peut vivre jusqu’à l’âge de 7 ans (la moyenne d’âge étant de 2 à 4 ans). Difficile à surprendre, le hérisson ne sort qu’à la tombée du jour et vit la nuit. Sa vue est faible, mais son odorat est particulièrement bien développé.
Très friand, son menu est composé principalement de limaçons, de vers de terre et de coléoptères, de perce-oreilles ou de cloportes.
Le hérisson chasse sa proie en reniflant sans cesse, et engloutit son repas tout en mastiquant bruyamment.

Un hérisson mastiquant :

 

Qu’en est-il de la reproduction chez le hérisson ?

Le hérisson est sexuellement actif (gare aux piquants … !) de mai à août ; au bout d’un mois après l’accouplement, la femelle accouche d’une portée qui est généralement composée de 3 à 5 petits, qui naissent aveugles. Les jeunes restent avec la mère pendant un mois et demi. En automne, le hérisson se gave pour constituer des réserves … dont il aura besoin puisque la période d’hibernation durera de novembre à fin mars.

 

D’où vient ce système de défense remarquable du hérisson ?

Le hérisson se caractérise par un ensemble de 6.000 à 8.000 piquants, qui – du point de vue biologique – sont des « cheveux » fortifiés de kératine, qui lui permettent de se défendre contre des prédateurs naturels tels que fouines et renards.

Malheureusement, son manteau de piquants ne possède pas les vertus suffisantes pour chasser le blaireau, doté, lui, de pattes fortes qui l’habilitent à dérouler carrément un hérisson en position de défense, soit en « pelote d’échardes ». De même, l’armure du hérisson ne protège pas suffisamment contre les longues griffes d’un hibou. Cet ennemi de taille peut littéralement dépouiller le hérisson, ne laissant plus que les piquants.