Culture et Nature
  • Print Friendly


Non à la destruction du high-way à-Belval –oui à plus de transparence

Download(s)

En date du 9 février 2012 le Mouvement Ecologique demandait des informations auprès du Ministre du Développement Durable en relation avec les projets de destruction du high-way à Esch-Belval, élément essentiel du point de vue protection du patrimoine pour le site en question. Dans sa lettre le Mouvement Ecologique demandait au Ministre de bien vouloir lui transmettre l’étude commanditée par le Fonds Belval, qui était apparemment à la base de la décision de destruction.

En date du 15 mars 2012 trois ministres répondaient à la lettre du Mouvement Ecologique : M. le Minister C. Wiseler, M. le Ministre F. Biltgen et Mme la Ministre O. Modert. Cependant dans cette lettre les ministres ne résumaient que de façon lapidaire les conclusions de l’étude, sans annexer ladite étude à la lettre.

Voilà pourquoi le Mouvement Ecologique s’adresse en date du 4 avril de nouveau aux Ministres concernés, en réitérant sa demande de publication de l’étude. Un extrait de la lettre :

« Notre mouvement estime qu’au 21e siècle, les citoyens devraient avoir un droit d’information leur permettant de comprendre voire de mettre en cause le cas échéant des processus de décision de ceux qui les gouvernent, ceci dans l’intérêt de la cause publique.

La participation du public à des processus de décision sert en effet – elle aussi – la cause publique en assurant la transparence, la pondération des différents arguments en cause et l’acceptation de projets d’infrastructure en particulier.

En ne mettant pas à notre disposition ladite étude, vous contribuez à alimenter toute sorte de rumeurs et de suspicions sur le fonctionnement des organismes et des processus de décisions en relation avec le projet Belval et en particulier la protection du patrimoine industriel. »

 

Date de publication: 04.04.2012
< Retour