Energie et Protection du climat
  • Print Friendly


Le Gouvernement luxembourgeois promet de réexaminer tous les moyens juridiques contre Cattenom

Au coeur des débats figuraient notamment les tests de sécurité européens pour réacteurs nucléaires, la prolongation de l’exploitation des centrales nucléaires prévue par EDF pour Cattenom e.a., ou encore la coopération avec les régions limitrophes.

Le gouvernement promet de réexaminer tous les moyens juridiques contre Cattenom

Suite à l’initiative « du comité d’action national contre le nucléaire », les organisations membres de ce-dernier ont récemment rencontré une délégation gouvernementale composée des ministres Jean Asselborn, Mars di Bartolomeo et Jean-Marie Halsdorf.

Au coeur des débats figuraient notamment les tests de sécurité européens pour réacteurs nucléaires, la prolongation de l’exploitation des centrales nucléaires prévue par EDF pour Cattenom e.a., ou encore la coopération avec les régions limitrophes.

Le comité d’action a rappelé sa position qui consiste à dire que le Luxembourg ne doit pas se contenter de vouloir exercer la pression au seul niveau politique. Il est primordial de sonder les pistes juridiques et de s’armer surtout en ce qui concerne les projets visant à prolonger la durée de vie des centrales nucléaires. Les expertises existantes sur la centrale de Cattenom, qui ont été demandées par le gouvernement de l’époque, datent des années ´80; elles doivent impérativement être réexaminées et adaptées au cadre juridique actuel de l’UE. Voilà une requête qui ne cesse d’être répétée depuis bel et bien un an.

Le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn a promis au comité d’action que son ministère allait à brève échéance commander le réexamen et la mise à jour des expertises juridiques et collaborer pour ce faire étroitement avec des experts juristes allemands et français. Le gouvernement luxembourgeois aurait pris la décision ferme de contrecarrer les projets de prolonger l’exploitation des centrales nucléaires et pourrait déjà compter dans ce contexte sur la coopération assurée des gouvernements de la Sarre et de Rhénanie-Palatinat.

En ce qui concerne les tests de sécurité menés à la centrale nucléaire de Cattenom, les conseillers scientifiques des gouvernements du Grand-Duché de Luxembourg, de la Sarre et de Rhénanie-Palatinat sont unanimes pour dire que Cattenom ne répond aucunement aux critères de sécurité posés et devrait faire l’objet d’un arrêt immédiat. Opinion non partagée du côté français où les inspecteurs ne préconisent que quelques équipements techniques complémentaires pour garantir la sécurité, soit la survie de la centrale.

Le comité d’action et le gouvernement ont tiré une seule et même conclusion: la revendication visant un arrêt complet des centrales nucléaires doit être la priorité absolue! Parallèlement il échet de faire en sorte que les exigences d’une modernisation dans le but d’une potentielle prolongation de vie des centrales nucléaires comme Cattenom, Chooz ou encore Tihange soient d’une importance telle qu’en fin de compte, la rentabilité d’une prolongation soit mise en question.

Les représentants du gouvernement et du comité d’action se sont quittés en promettant de garder un contact étroit dans cette affaire … à suivre.

 

 

Date de publication: 23.03.2012
< Retour